© KINE+ 2018 réalisation Alain FIORE  webmaster@kineplus.fr - Mentions légales

Enfants et

sport

Le sport doit toujours rester

un plaisir pour l’enfant !

Bouger, voir ses capacités s'améliorer, se mesurer aux autres, partager des activités sportives qui procurent des émotions, des tensions et des réussites, autant de raisons pour que les jeunes se passionnent pour le sport. Mais qu'il soit de loisir ou de compétition, le sport doit toujours être un plaisir pratiqué en toute liberté. Etre bien dans son corps et dans sa tête, sentir grandir la confiance en soi, développer le goût de l'effort, apprendre à respecter les autres, voilà les acquis que le sport dispense avec largesse. Entraînement, discipline et compétitions, tout cela est accepté joyeusement car le jeu est la règle et dynamise tous les petits sportifs.

Le sport doit être bien adapté à l'enfant

L'enfant ne retirera de bénéfices que si le sport pratiqué correspond bien à ses possibilités physiques d'une part et à ses envies d'autre part. Il est en effet très important de laisser l'enfant choisir le sport qu'il souhaite pratiquer. Sachez qu'il n'existe pas un sport meilleur que l'autre et qu'imposer un sport à un enfant risque de conduire à un échec ou à un abandon. Généralement, on considère que la pratique du sport débute réellement vers l'âge de 7 ans (même si une activité physique peut évidemment être pratiquée avant, comme en témoigne la vogue des bébés nageurs et des « baby sports »). A 7 ans, le schéma corporel est bien en place et l'enfant a bien intégré l'équilibre, la coordination, le contrôle du geste ou encore les notions de force et de vitesse. A partir de là, l'enfant peut pratiquer un sport au stade d'initiation. Puis entre 8 et 12 ans, vient la phase de perfectionnement, et éventuellement la compétition. Dans cette tranche d'âge, le tonus musculaire se développe, mais le risque physique apparaît également.

Toute pratique sportive comporte des risques

L'organisme de l'enfant évolue de façon permanente, notamment au niveau de la stature, du poids, des os et des cartilages. Ces modifications, qui rendent l'enfant vulnérable, nécessitent une surveillance de l'enfant s'adonnant à une activité sportive, surtout s'il y consacre plusieurs heures par semaine. En dehors de l'accident imprévisible, un entraînement sportif trop intense ou mal équilibré entraîne une souffrance de l'organisme. Souvent, le premier signal d'alarme est une douleur persistante. Dans d'autres cas, il peut s'agir d'une fatigue anormale, de problèmes de sommeil, d'un manque d'appétit ou de résultats scolaires en baisse. A plus long terme, une pratique sportive trop importante ou mal adaptée peut entraîner des lésions des cartilages de croissance, qui peuvent se fissurer ou même se fracturer. Ces lésions risquent alors de compromettre la croissance de la zone atteinte. Avant d'en arriver à ce stade, il est donc très important d'apprendre à l'enfant à reconnaître et à exprimer sa douleur, de façon à pouvoir diminuer la sollicitation de la partie du corps en cause et à adapter le rythme d'entraînement. La prévention est essentielle en ce domaine, notamment par l'hygiène de vie. Chez l'enfant, celle-ci consiste à respecter des alternances bien adaptées entre les temps de repos, de travail à l'école, de sommeil, de sport et de loisirs. Sans oublier, bien sûr, une alimentation équilibrée !

La visite annuelle du jeune sportif : Dr Prou

Obligatoire, pour être licencié à une fédération, participer à une compétition ou simplement pratiquer une APS (Lois de 1984 et 1999 ,décret de 1987, ordonnance de 2000) Examens médicaux basique ou spécifique si sports à risques particuliers, les surclassement (simple-double) induisent un examen approfondi Toute pratique sportive comporte des risques Le certificat de non contre-indication délivré sert: à prévenir un risque vital, à éviter une pathologie induite par l'APS, à ne pas aggraver une pathologie existante. Il est établi sur la licence (1), sur un imprimé J et S (2), sur un formulaire délivré par la fédération (3), sur papier à en-tête du médecin examinateur (4).Il s'agit le plus souvent d'une formalité dans l'esprit du sportif ou de ses parents, mais le médecin engage sa responsabilité professionnelle en cas de certificat rédigé à l'occasion d'une autre consultation ou de certificat rédigé sans interrogatoire, ni examen clinique. Alors que cette visite est l'occasion de faire de la prévention et de l'éducation (sportif et parents). La Visite Médicale annuelle préalable à la délivrance du Certificat de NCI est donc une consultation médicale spécifique et approfondie, elle comprend: - un interrogatoire soigneux (antécédents, traitements en cours, scolarité, nombre d'heures de pratique, motivation personnelle), - une appréciation des caractéristiques staturo-pondérale, du développement pubertaire, un examen cardiovasculaire et respiratoire, un examen de l'appareil locomoteur: membres inférieurs (podoscopie++), rachis +++, membres supérieurs, un dépistage de l'acuité visuelle, une appréciation de l' état dentaire,  de la sphère ORL selon l'activité physique et sportive - d'où l'importance du suivi annuel voire semestriel du jeune sportif. Outre la délivrance du certificat, la visite permet de: - demander des examens et avis spécialisés dans le but: d'éclaircir une particularité, de surseoir à la délivrance du certificat, d'émettre des restrictions à la pratique (aptitude partielle) - d'entreprendre des actions correctrices (orthèses plantaires, diététique, apprentissage posturaux, kinésithérapie) - de prodiguer des conseils divers et variés en insistant chez l'enfant et l'adolescent sur le RESPECT de la DOULEUR, chez les parents sur le RESPECT des MOTIVATIONS PROPRES de jeune sportif…… -de réaliser un  suivi de croissance en sensibilisant les parents  

Le suivi de croissance: BOC ©KINE+

L'enfant et l'adolescent ne sont pas des adultes en réduction, la croissance est source de perturbations du schéma corporel, de pathologies spécifiques, de fatigue… Elle s'effectue par "à-coups" qui induisent des périodes de fragilité accrue, donc mesurer poids et taille mensuellement afin de disposer d 'indicateurs précis. La croissance est non homogène dans le temps et chaque âge présente ses particularités en terme de maturation ostéo-articulaire. Une attention particulière sera portée au RACHIS LOMBAIRE et pas seulement dans les sports à risque (gymnastique, danse, plongeon, football,…..) Parents et éducateurs, pour une croissance harmonieuse et une pratique sportive heureuse: respectez les motivations de l'enfant, respectez la douleur: alarme physiologique ou psychologique, adaptez l'entraînement à chaque période, respectez les périodes de récupération, surveillez la croissance mensuellement, éduquez-les: alimentation, hydratation, échauffement, étirements, récupération. Et faites contrôler la croissance de votre enfant surtout s’il pratique un sport.

Le Bilan Orthopédique et de Croissance (BOC ©KINE+) permet d’évaluer la

croissance de l’enfant c’est aussi un moyen de prévention pour le blessures.

Cette page a été réalisée avec les références suivantes: Dr Sylvie Coulomb Dr Prou Unité du Sport Vallée Huveaune

KINE+ : Rééducation mais aussi Prévention…

Bilan Orthopédique et de

Croissance : BOC ©KINE+

Préparation Athlétique

des Jeunes Sportifs :

PAJS ©KINE+

© KINE+ 2018 réalisation Alain FIORE  webmaster@kineplus.fr - Mentions légales

Enfants et sport

Le sport doit toujours rester un

plaisir pour l’enfant !

Bouger, voir ses capacités s'améliorer, se mesurer aux autres, partager des activités sportives qui procurent des émotions, des tensions et des réussites, autant de raisons pour que les jeunes se passionnent pour le sport. Mais qu'il soit de loisir ou de compétition, le sport doit toujours être un plaisir pratiqué en toute liberté. Etre bien dans son corps et dans sa tête, sentir grandir la confiance en soi, développer le goût de l'effort, apprendre à respecter les autres, voilà les acquis que le sport dispense avec largesse. Entraînement, discipline et compétitions, tout cela est accepté joyeusement car le jeu est la règle et dynamise tous les petits sportifs.

Le sport doit être bien adapté à

l'enfant

L'enfant ne retirera de bénéfices que si le sport pratiqué correspond bien à ses possibilités physiques d'une part et à ses envies d'autre part. Il est en effet très important de laisser l'enfant choisir le sport qu'il souhaite pratiquer. Sachez qu'il n'existe pas un sport meilleur que l'autre et qu'imposer un sport à un enfant risque de conduire à un échec ou à un abandon. Généralement, on considère que la pratique du sport débute réellement vers l'âge de 7 ans (même si une activité physique peut évidemment être pratiquée avant, comme en témoigne la vogue des bébés nageurs et des « baby sports »). A 7 ans, le schéma corporel est bien en place et l'enfant a bien intégré l'équilibre, la coordination, le contrôle du geste ou encore les notions de force et de vitesse. A partir de là, l'enfant peut pratiquer un sport au stade d'initiation. Puis entre 8 et 12 ans, vient la phase de perfectionnement, et éventuellement la compétition. Dans cette tranche d'âge, le tonus musculaire se développe, mais le risque physique apparaît également.

Toute pratique sportive comporte

des risques

L'organisme de l'enfant évolue de façon permanente, notamment au niveau de la stature, du poids, des os et des cartilages. Ces modifications, qui rendent l'enfant vulnérable, nécessitent une surveillance de l'enfant s'adonnant à une activité sportive, surtout s'il y consacre plusieurs heures par semaine. En dehors de l'accident imprévisible, un entraînement sportif trop intense ou mal équilibré entraîne une souffrance de l'organisme. Souvent, le premier signal d'alarme est une douleur persistante. Dans d'autres cas, il peut s'agir d'une fatigue anormale, de problèmes de sommeil, d'un manque d'appétit ou de résultats scolaires en baisse. A plus long terme, une pratique sportive trop importante ou mal adaptée peut entraîner des lésions des cartilages de croissance, qui peuvent se fissurer ou même se fracturer. Ces lésions risquent alors de compromettre la croissance de la zone atteinte. Avant d'en arriver à ce stade, il est donc très important d'apprendre à l'enfant à reconnaître et à exprimer sa douleur, de façon à pouvoir diminuer la sollicitation de la partie du corps en cause et à adapter le rythme d'entraînement. La prévention est essentielle en ce domaine, notamment par l'hygiène de vie. Chez l'enfant, celle- ci consiste à respecter des alternances bien adaptées entre les temps de repos, de travail à l'école, de sommeil, de sport et de loisirs. Sans oublier, bien sûr, une alimentation équilibrée !

La visite annuelle du jeune sportif :

Dr Prou

Obligatoire, pour être licencié à une fédération, participer à une compétition ou simplement pratiquer une APS (Lois de 1984 et 1999 ,décret de 1987, ordonnance de 2000) Examens médicaux basique ou spécifique si sports à risques particuliers, les surclassement (simple- double) induisent un examen approfondi Toute pratique sportive comporte des risques Le certificat de non contre-indication délivré sert: à prévenir un risque vital, à éviter une pathologie induite par l'APS, à ne pas aggraver une pathologie existante. Il est établi sur la licence (1), sur un imprimé J et S (2), sur un formulaire délivré par la fédération (3), sur papier à en-tête du médecin examinateur (4).Il s'agit le plus souvent d'une formalité dans l'esprit du sportif ou de ses parents, mais le médecin engage sa responsabilité professionnelle en cas de certificat rédigé à l'occasion d'une autre consultation ou de certificat rédigé sans interrogatoire, ni examen clinique. Alors que cette visite est l'occasion de faire de la prévention et de l'éducation (sportif et parents). La Visite Médicale annuelle préalable à la délivrance du Certificat de NCI est donc une consultation médicale spécifique et approfondie, elle comprend: - un interrogatoire soigneux (antécédents, traitements en cours, scolarité, nombre d'heures de pratique, motivation personnelle), - une appréciation des caractéristiques staturo- pondérale, du développement pubertaire, un examen cardiovasculaire et respiratoire, un examen de l'appareil locomoteur: membres inférieurs (podoscopie++), rachis +++, membres supérieurs, un dépistage de l'acuité visuelle, une appréciation de l' état dentaire,  de la sphère ORL selon l'activité physique et sportive - d'où l'importance du suivi annuel voire semestriel du jeune sportif. Outre la délivrance du certificat, la visite permet de: - demander des examens et avis spécialisés dans le but: d'éclaircir une particularité, de surseoir à la délivrance du certificat, d'émettre des restrictions à la pratique (aptitude partielle) - d'entreprendre des actions correctrices (orthèses plantaires, diététique, apprentissage posturaux, kinésithérapie) - de prodiguer des conseils divers et variés en insistant chez l'enfant et l'adolescent sur le RESPECT de la DOULEUR, chez les parents sur le RESPECT des MOTIVATIONS PROPRES de jeune sportif…… -de réaliser un  suivi de croissance en sensibilisant les parents  

Le suivi de croissance: BOC ©KINE+

L'enfant et l'adolescent ne sont pas des adultes en réduction, la croissance est source de perturbations du schéma corporel, de pathologies spécifiques, de fatigue… Elle s'effectue par "à-coups" qui induisent des périodes de fragilité accrue, donc mesurer poids et taille mensuellement afin de disposer d 'indicateurs précis. La croissance est non homogène dans le temps et chaque âge présente ses particularités en terme de maturation ostéo-articulaire. Une attention particulière sera portée au RACHIS LOMBAIRE et pas seulement dans les sports à risque (gymnastique, danse, plongeon, football,…..) Parents et éducateurs, pour une croissance harmonieuse et une pratique sportive heureuse: respectez les motivations de l'enfant, respectez la douleur: alarme physiologique ou psychologique, adaptez l'entraînement à chaque période, respectez les périodes de récupération, surveillez la croissance mensuellement, éduquez-les: alimentation, hydratation, échauffement, étirements, récupération. Et faites contrôler la croissance de votre enfant surtout s’il pratique un sport.

Le Bilan Orthopédique et de Croissance

(BOC ©KINE+) permet d’évaluer la

croissance de l’enfant c’est aussi un moyen

de prévention pour le blessures.

Cette page a été réalisée avec les références suivantes: Dr Sylvie Coulomb Dr Prou Unité du Sport Vallée Huveaune